l’Histoire de France

Contexte historique (partie 2/4) : la Révolution Française

Pour comprendre les évolutions de l’art de Jacques-Louis David, il est nécessaire de s’arrêter sur les bouleversements qui agitent la France au cours de sa vie. L’un de principaux, et non le moindre, est la Révolution française de 1789.

Un premier site pourra nous éclairer sur cette époque, celui de l’Histoire de France, et sur toutes les dates importantes qui ont formé l’événement le plus marquant de l’Histoire de France : la Révolution Française.

Relatant tout un autre article sur le sujet de la France avant 1789, et sur la question de pourquoi les États Généraux furent imposés à Louis XVI, le site de l’Histoire de France débute son intitulé « la révolution française » par un première partie nommée « les grands évènements », débutant dès la déclaration du Tiers Etat de se nommer Assemblée le 17 juin 1789.

Les commentaires sur les périodes de la Révolution sont clairs, quoi que courts et éludant certaines réflexions au profit de célèbres citations comme « C’est une révolte ? » « Non Sire, c’est une révolution » (sous partie La prise de la Bastille).

Jacques-Louis David, Le serment du Jeu de Paume le 20 juin 1789, huile sur toile, 1791, Musée Carnavalet, Paris

Jacques-Louis David, Le serment du Jeu de Paume le 20 juin 1789, huile sur toile, 1791, Musée Carnavalet, Paris

Le site poursuit, après la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen du 10 aout 1793 sur le thème de Louis XVI, composant ainsi sa deuxième partie, « une grande instabilité ». Celle-ci rappelle la sombre époque que vit la France, tiraillée entre pouvoir royal et tentatives d’aménagement républicain.

La troisième partie, intitulée « le renversement de la monarchie » s’ouvre sur la prise du peuple du palais des Tuileries, et l’emprisonnement du roi à la prison du Temple. Suivant un article sur la Convention, nous en retrouvons un suivant sous le nom du « procès du roi », qui achèvera la partie avec le guillotinement de Louis XVI.

La quatrième grande partie se nome « l’avènement de la Terreur ».  Le site y retrace la période de troubles qui saisit la France avec par exemple l’insurrection vendéenne.

L’article consacré à la Révolution française se poursuit avec les guerres fratricides entre Montagnard, Girondin et Communards, l’assassinat de Marat – illustré par David – et la révolte fédéraliste qui ébranle le pouvoir de la Convention. Un gouvernement révolutionnaire est mis en place et dès juin 1793, la Terreur est en marche, éliminant tous ceux qui avaient participer au rêve républicain. La partie s’achève avec le guillotinement de Marie-Antoinette.

La cinquième grande partie, intitulée « la fin de la Terreur » se résume à la condamnation de Robespierre, accusé de dictature, et à la montée des bourgeois modérés et des royalistes, déclarant après le décès du jeune Louis XVII dans la prison du Temple son oncle Louis XVIII.

La dernière grande partie est nommée « le Directoire ». Elle débute avec la rédaction de la troisième Constitution et le premier Directoire qui tente de réconcilier tous les partis. Bonaparte apparaît sous le deuxième Directoire, lors du conflit entre monarchistes et directeurs aux derniers principes révolutionnaires, et se démarque par ses prouesses de général en Italie. Si l’auteur de ce site semble avoir fait un impressionnant travaille de recherche, nous ne pouvons qu’applaudir, ou détester, la façon succincte avec laquelle il parvient à relater ce pourtant gigantesque épisode de la Révolution française.

C.C.